Les juges financiers ont convoqué le président du Modem au début du mois de décembre, afin qu’il soit mis en examen, ainsi que deux anciennes ministres.

Le MoDem est soupçonné d’emplois fictifs, c’est à dire d’avoir utilisé des enveloppes du parlement européen pour rémunérer des personnes qui ne travaillaient pas avec les députés européennes. Pour rappel, plusieurs de ces personnes avaient témoigné contre François Bayrou.

La mise en examen signifie que le juge d’instruction « a des indices graves ou concordants » contre François Bayrou, qui est, rappelons-le, un des plus proches soutiens d’Emmanuel Macron. Un nouveau scandale à la tête de l’État ?

Source : Le Monde