Les droits des travailleurs indépendants est un sujet qui est presque toujours oublié par les hommes et les femmes politiques. Il y a pourtant près de 2,3 millions de travailleurs indépendants en France : artisans, commerçants… Ils sont tout aussi précieux que la classe ouvrière pour le bien être de la population et comme les ouvriers et les employés, les travailleurs indépendant subissent de plein fouet la crise économique. Les médias abordent très rarement la souffrance des travailleurs indépendants et quand ils le font c’est pour donner la parole à des officines proches du MEDEF.

Petit rappel du pourquoi les indépendants n’ont aucun droit :

  • Les indépendants n’ont pas le droit au chômage. 

  • Les indépendants n’ont pas de congés payés : c’est bien simple, quand ils ne travaillent pas, ils ne gagnent rien.

  • En cas de maladie ou d’accident du travail, ils ne touchent pas grand chose : Ils doivent être affiliés au RSI depuis un an, et être à jour de cotisations. Les premiers jours de maladie ne sont pas payés. Il y a 4 jours de carence en cas d’hospitalisation et 8 jours en cas de maladie. Ils gagnent entre 19,37 et 48,43 euros par jours. Cette somme varie selon le revenu professionnel des 3 dernières années. Elle ne prend pas en compte la perte de clients et le coût de la location d’un atelier par exemple. Dans tous les cas, ils n’ont pas le droit à un plus d’un an d’arrêt de travail sur trois ans. Par conséquent, si ils ont un souci de santé qui court sur plus d’un an, ils sont obligés de déposer le bilan.