Faites ce que je dis, pas ce que je fais. Les trois candidats à la présidentielle veulent restaurer l’autorité de l’Etat. Ils entendent incarner le nécessaire coup de balai qui permettrait de restaurer la confiance des français avec la politique. Pourtant ils trainent derrière eux de lourdes casseroles. Les citoyens doivent être informés pour faire un choix éclairé en avril 2017.

François Fillon

  • L’affaire de l’emploi fictif de son épouse Pénolope Fillon. François Fillon est accusé par le journal satirique Le Canard Enchaïné d’avoir attribué à son épouse un emploi fictif d’assistante parlementaire à l’Assemblée Nationale. Elle aurait ainsi touché en quelques années 500 000 euros. Le Canard Enchaîné nous révèle également que Pénélope Fillon aurait bénéficié d’un second emploi fictif auprès de la Revue des deux mondes.  Le parquet financier a ouvert une enquête préliminaire.
  • Le séjour à Marrakech au frais de l’Etat. En mai 2009, François Fillon s’est accordé un weekend privé au Maroc, qu’il a rejoint à bord d’un Falcon 50 de l’Etat. Coût de la dépense : 182 272 euros pour 3 jours. Pour en savoir plus, n’hésitez pas à lire l’excellent article sur le blog Perspicace ! « Les dépenses scandaleuses de l’austère Monsieur Fillon ».

Emmanuel Macron 

  • Le banquier Emmanuel Macron est accusé d’avoir détourné de l’argent public. Il a reçu sur son temps professionnel, dans les murs du ministère, des personnalités qui n’étaient pas du tout en lien avec ses responsabilités ministérielles (par exemple : un écrivain, un journaliste, un philosophe, un politologue, des amis « facebook »). Il a organisé de nombreux dîners, « parfois deux par soir« . Toutes ses invitations se sont faites sur le dos du contribuable. En huit mois, il a dépensé 80 % de l’enveloppe annuelle des frais de représentation accordée à son ministère, soit près de 120 000 euros. 

Marine Le Pen : les affaires (2016 – 2017)

  • Ouverture par le parquet de Paris d’une information judiciaire sur des soupçons d’escroquerie dans le financement des dernières campagnes électorales du Front national
  • Ouverture par le parquet de Paris d’une enquête sur des soupçons d’emplois fictifs de ses assistants au Parlement européen.
  • Ouverture par le parquet financier d’une enquête pour ses déclarations de patrimoine, sensiblement sous-évaluées.

    On espère que la justice se saisira de l’affaire Macron et qu’elle sera rapide pour Marine Le Pen et François Fillon.  Malheureusement quand on voit que les Balkany, Dassault ou Cahuzac sont toujours libres, nous sommes très inquiets pour l’avenir. Le meilleur contre-pouvoir ce sont les citoyens qui doivent se tenir informés sur ces affaires et qui doivent informer leurs proches, leurs collègues.