A l’heure où tout le monde parle de la gifle qu’a reçue Manuel Valls par un jeune  homme de 18 ans, la justice semble vouloir enterrer le dossier Rémi Fraisse. Le militant écologiste est décédé dans la nuit du 25 au 26 octobre 2014 en manifestant contre le barrage de Sivens à la suite d’un tir de grenade offensive de la police.

Les avocats de la famille craignent un non-lieu. L’instruction est close. Pour relancer l’enquête, le père de Rémi Fraisse a décidé de porter plainte pour « faux témoignages » contre trois gendarmes dont l’auteur du tire de grenade. M. Fraisse accuse également d’homicide involontaire le préfet Thierry Gentilhomme.

Ni oubli, ni pardon. Justice doit être faite pour Rémy Fraisse.

Source : Médiapart