D’après Greenpeace, la banque britannique HSBC a favorisé l’obtention d’emprunts à des sociétés mises en cause dans la destruction de forêt tropicale. Ces dernières sont accusées d’avoir saisi des terrains appartenant à des particuliers, d’avoir été à l’origine d’incendies volontaires pour étendre les plantations d’huile de palme, abusé de main-d’œuvre et opéré sans autorisation officielle…

Source : FranceSoir