Chaque mois, a-t-il admit, le directeur général de la police nationale Michel Gaudin lui versait 10 000 à 12 000 euros en espèces, qu’il partageait avec certains de ses collaborateurs, lui-même en conservant une bonne part – 5 000 euros – pour ses dépenses personnelles.

« Quel con j’ai été de garder des factures ! Franchement… », soupirait Claude Guéant lors d’un échange téléphonique le 13 juin 2013 avec l’ancien directeur général de la police nationale, Michel Gaudin. Les deux hommes, ignorant qu’ils avaient été placés sur écoutes, échangeaient à propos des poursuites qui leur valent de comparaître à compter du lundi 28 septembre avec trois autres prévenus devant le tribunal correctionnel de Paris, pour détournements de fonds publics, complicité ou recel de ce délit.

Quelques jours avant cette conversation, les policiers de la brigade financière venus perquisitionner le domicile de Claude Guéant dans le cadre de l’enquête sur un éventuel financement libyen de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy étaient en effet tombés par hasard sur une série de factures correspondant à des achats d’équipements pour son appartement : 9 757 euros chez Darty, 10 000 euros au cuisiniste Chartier, 1 860 euros aux meubles Rambault, 13 600 euros à la société Esprit Maison. Le montant total des dépenses s’élevait à 47 434 euros entre 2006 et 2009, toutes réglées en espèces.

Source : Le Monde