L’ancienne présidente de l’Institut national de l’audiovisuel (INA), Agnès Saal, poussée à la démission, fin avril, après avoir été épinglée pour ses frais de taxi, est également suspectée d’avoir fait usage de taxis pour des motifs « non exclusivement professionnels » sur un précédent poste, a indiqué, jeudi 4 juin, le parquet de Créteil.

Des pièces transmises à la justice par le ministère de la culture « révèlent des présomptions d’usage non exclusivement professionnel de taxis par l’ex-présidente de l’INA durant la période » où elle était directrice générale du Centre national d’art et de culture Georges-Pompidou (CNAC), entre 2007 et 2014, souligne le parquet dans un communiqué. « Ce volet fera l’objet d’une transmission au parquet de Paris, compétent territorialement », ajoute-t-il, sans autres précisions.

Source : Le Monde