Un spécialiste britannique du trading à haute fréquence est accusé de manipulation sur le marchés des contrats à terme électroniques, ayant contribué au mini krach du 6 mai 2010 aux Etats-Unis. L’ampleur de la fraude porte sur 37 millions d’euros.

Parmi une dizaine de mises en accusation, ce spécialiste du trading à haute fréquence est poursuivi pour fraude électronique et manipulation de contrats à terme sur le Chicago Mercantile Exchange. L’ampleur de la fraude, menée sur plusieurs années, porte sur 40 millions de dollars (37 millions d’euros), a précisé le directeur du département des poursuites de la CFTC, Aitan Goelman, lors d’une conférence de presse téléphonique.

Source : La Tribune