Sur le papier, personne n’est encore candidat à la Maison Blanche, mais à un an des primaires, les candidats potentiels ont déjà engagé la partie la plus vitale de toute campagne: le financement.

Hillary Clinton, Jeb Bush et les autres n’ont pas encore livré aux Américains leur vision pour les Etats-Unis, mais en privé, une classe d’hommes d’affaires, consultants et chefs d’entreprises ont déjà un accès direct aux candidats.

Certains milliardaires sont très courtisés: les frères Charles et David Koch, le magnat des casinos Sheldon Adelson, les patrons de fonds spéculatifs Robert Mercer et Paul Singer, l’ancien patron de fonds spéculatifs Tom Steyer, l’ancien maire de New York Michael Bloomberg.

Ces hommes ne se contentent pas de chèques de quelques centaines de milliers de dollars, ils entendent exercer une influence directe sur le résultat des élections.

Poursuivre la lecture de cet article sur Canoe.ca

Source : Canoe.ca